McKinsey & Company a publié la semaine dernière un nouveau rapport sur les évolutions du BTP.

90 pages en anglais qui ne seront pas forcement du gout de tout le monde… Je vous propose une synthèse des 10 points majeurs du rapport selon moi.


N°1 : Le BTP : 1ere industrie mondiale

Le secteur de la construction au sens large, intégrant l’immobilier, les travaux publics et les bâtiments industrielles est la première industrie avec 13% du PIB mondial.


N°2 : La performance du BTP encore et toujours remise en cause

« Construction is the bigest industry in the world, and yet, even outside of crises, it is not performing well. »

Malgré son importance, le secteur a du mal à performer même hors temps de crise. La productivité du BTP a évolué de seulement 1% par an au cours des 20 dernières années, ce qui représente un tiers de la moyenne de l’économie.

Il est également constaté une faible satisfaction des clients de par les dépassements généralisé des délais et budgets.


N°3 : Une sous-performance induite par l’organisation du secteur

L’aversion au risque et la fragmentation des projets de construction sont ciblés comme les principaux blocage à l’innovation. Par ailleurs, le caractère cyclique de la demande conduit à de faibles investissements et le recourt récurent à la sous-traitance empêche une amélioration durable.

Ensuite, la complexité des normes et le mode de désignation au moins disant dans les appels d’offres repoussent un choix basé sur la fiabilité, la qualité ou les gains permis par des variantes de conception. Une approche court terme est ainsi indirectement favorisée. Cet effet est amplifié par la facilité d’accès aux appels d’offres pour de petites entreprises et l’usage de la sous-traitance en chaîne qui permettent une apparente compétitivité malgré un important manque de productivité.

Enfin, les modes contractuelles, le manque d’objectifs partagés et le transfert systématique des risques incitent les entreprises à gagner de l’argent grâce aux réclamations plutôt qu’au succès du projet.


N°4 : Des éléments nouveaux viennent perturber un équilibre déjà instable

L’étude affirme que les changements que connait déjà le secteur vont être accélérés par plusieurs contraintes : perte progressive des travailleurs qualifiés dans de nombreux pays, pression persistante sur le coût des projets, réglementations plus strictes sur la sécurité et le développement durable des projets.

D’autre part, l’émergence d’innovations et de nouveaux acteurs font également pression sur le secteur.


N°5 : La transformation du BTP va être accéléré par la crise du COVID-19

Selon une étude menée par McKinsey & Company dans le cadre de leur rapport, 62% des personnes interrogées estiment que la transformation du BTP va être accéléré par la crise du COVID-19 (sondage auprès de 100 dirigeants du secteur).


N°6 : La révolution du secteur se fera à travers 9 changements

L’étude affirme que 9 changements vont transformer l’organisation du secteur :

  1. Approche par produit – Développement des projets avec une réflexion d’assemblage de sous-produits standard et modulables.
  2. Spécialisation – Les entreprises se spécialiseront dans des niches cibles afin d’améliorer leur différenciation et le niveau de marge (type de construction, produits utilisés, méthodes de construction).
  3. Élargissement du contrôle de la chaîne de valeur – Les acteurs vont élargir leur influence par l’intégration verticale et/ou le développement de partenariats forts avec d’autres maillon de la chaîne de valeur (ingénierie, pré-fabrication,…). Les partenariats se développeront en intégrant des modes contractuels collaboratifs et un alignement des objectifs afin de réduire la fragmentation et faciliter les innovations.
  4. Consolidation – L’industrie devrait voir une consolidation et un élargissement des organisations afin de répondre aux besoins croissants d’investissements et permettre des économies d’échelles.
  5. Focalisation sur le client et l’image de marque
  6. Investissement dans la technologie et les installations – Développement d’usines de construction modulaires. Là où ce n’est pas possible, développement de solutions sur chantier (automatisations, robots, drones,…).
  7. Investissement dans les ressources humaines – Le développement de la technologie nécessitera de développer et conserver une expertise en interne.
  8. Internationalisation – Les acteurs élargiront leur périmètre afin de pouvoir augmenter leurs volumes et ainsi obtenir des avantages concurrentiels. Cela pourra concerner des types de projets faibles en volume mais à forte expertise ou des projets facilement reproductibles. Selon le rapport, le COVID-19 pourrait ralentir cette évolution.
  9. Développement durable – L’impact environnemental des projets sera un élément de plus en plus important à prendre en compte.

Aucun texte alternatif pour cette image
Illustration tiré du rapport « The next normal in construction », McKinsey & Company©


N°7 : L’explosion annoncée de la construction modulaire

Le recours à la construction modulaire en Amérique du Nord a été multiplié par 2,4 entre 2015 et 2018. Mais ce n’est rien face à ce qui nous attend selon le rapport selon lequel la construction modulaire devrait exploser dans les prochaines années.

L’exemple est pris dans le rapport sur la construction des avions de ligne qui étaient auparavant une industrie très fragmentée où chaque avion était construit de zéro. L’industrialisation a amenée une fabrication à la chaîne qui s’est progressivement automatisé. L’industrie a ensuite connu une phase de normalisation puis de consolidation et fait place à 2 acteurs majeurs : Airbus et Boeing. L’industrie aéronautique a fait face à des obstacles similaires à ceux que connaît la construction aujourd’hui et cette transformation s’est fait sur une période de 30 ans.


N°8 : La rénovation au second plan

Le rapport se concentre sur la construction neuve et les auteurs considèrent que c’est sur ce segment que les changement seront les plus rapide. Ils misent sur une évolution de la rénovation dans un second temps du fait d’une part plus importante de petites et moyennes entreprises et de part la difficulté d’intégrer des éléments standardisés construits en usine.


N°9 : Le Lean et l’excellence opérationnelle omniprésents

En complément des innovations technologiques, le Lean est constamment évoqué dans le rapport : focalisation sur le client, remise en cause de la segmentation en développant la collaboration et les partenariats, recherche d’efficience et résolution de problèmes afin d’améliorer la productivité, les délais et la qualité d’exécution.


N°10 : Tous les acteurs doivent repenser leur positionnement

Companies all along the value chain need to review where they want to play

Selon les répondants à l’étude de McKinsey & Company, les 4 entités qui risquent de faire face à la plus importante baisse d’activité sur le long terme sont les bureaux d’études, les distributeurs de matériaux, les entreprises générales et les entreprises spécialisées. Les sondés estiment par ailleurs que les entreprises générales seront les premières à devoir s’adapter avec deux alternatives : se transformer ou disrupter.Ajouter une alternative

Aucun texte alternatif pour cette image
Illustration tiré du rapport « The next normal in construction », McKinsey & Company©


Vous souhaitez en savoir plus ?

Voici le lien vers l’étude complète : https://www.mckinsey.com/industries/capital-projects-and-infrastructure/our-insights/the-next-normal-in-construction-how-disruption-is-reshaping-the-worlds-largest-ecosystem